Votre fantasme d’affaires ne doit pas demeurer secret

Entreprise stratégique | 0 commentaires | par Gérard Ruelland

Nous avons déjà dit que la communication constituait la première stratégie à mettre de l’avant  pour favoriser l’implication des employés dans la stratégie d’affaires de l’entreprise. Savez-vous quel devrait être le premier élément de cette communication? La vision. Peu de dirigeants partagent vraiment leur vision de l’organisation qu’ils pilotent. Je dis souvent à la blague que la vision, c’est comme un fantasme d’affaires. Le leader rêve de tels produits ou de tels services à créer, de tels marchés à conquérir, de tels clients à convaincre, de telles stratégies à mettre en oeuvre, de telles technologies à acquérir, de tels types de ressources humaines à développer, etc. Mais à la différence d’autres fantasmes, ceux-ci ne doivent pas demeurer secrets. Au contraire.

Fournissez la photo avec le casse-tête

Supposons que je vous propose d’assembler un casse-tête (puzzle) de 1 000 morceaux, dont la majorité est de différents tons de vert et de jaune, et que je ne vous montre pas la photo de l’image à réaliser. Vous les placez tous sur la table, face en dessus et, c’est le cas de le dire, vous commencez à vous casser la tête. Pourquoi est-ce difficile, voire impossible? Parce que vous n’avez aucune idée du résultat à atteindre. C’est exactement la même chose avec les gens qui travaillent dans votre organisation. Vous vous attendez à ce qu’ils soient mobilisés et qu’ils performent, mais ils n’ont aucune idée de l’endroit où ils doivent arriver. Bref, vous tentez de leur vendre un voyage, mais ils ne connaissent pas la destination. C’est ça la conséquence de ne pas communiquer sa vision aux gens dont vous demandez la participation. Dites-leur quelle est votre vision des marchés, des opportunités que vous tentez de saisir, des améliorations que vous compter apporter dans l’entreprise, etc.

Vous voulez valider votre vision? Vous vous questionnez sur sa faisabilité? Vérifiez le degré d’appartenance et d’engagement des employés au projet. Si personne n’embarque, c’est que votre vision n’est pas réaliste.

Reconnaissez ceux qui réalisent la vision

Il y a une différence entre seulement rêver, et proposer un projet d’entreprise qui va susciter l’adhésion. Quelles sont les valeurs qui découlent de la vision, et auxquelles on souhaite associer les employés? Quelqu’un a dit que les valeurs de l’entreprise, c’est votre « branding », autrement dit, votre marque de commerce à l’interne. La vision, les valeurs, le projet doivent donc mobiliser l’ensemble des ressources humaines qui y seront impliquées. Or, la mobilisation n’est possible que si les individus concernés y trouvent leur compte. Les gens ne vont pas vous suivre dans un beau projet uniquement pour vous faire plaisir, parce qu’ils vous aiment et vous trouve charismatique. Ils vont plutôt se demander de quelle manière ils vont être récompensés s’ils réalisent la vision et le projet et qu’ils transforment le tout dans la réalité quotidienne.

Cela s’appelle du give and take. J’embarque dans ton projet, je mets mes compétences et mes énergies à contribution, je m’engage, et tu me récompenses en retour. Ne nous faisons pas de cachette, pour mobiliser les gens, vous devrez mettre sur pied un programme structuré de reconnaissance. Ces programmes, c’est comme la cuisine.

Avec les bons ingrédients de base et un peu de créativité et beaucoup de volonté, l’originalité et l’efficacité de votre recette n’auront de limite que votre imagination.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>