LA RÉFLEXION STRATÉGIQUE, UN REMÈDE À L’INSÉCURITÉ

Entreprise stratégique | 0 commentaires | par Gérard Ruelland

Mon confrère mentor chez SAGE Alain Vaillancourt a récemment proposé dans un excellent article de «mettre la swicth à fun» afin de « s’assurer que vos employés aient du plaisir au travail, et vivent et transmettent leur joie de vivre en cultivant une attitude positive ». Après avoir lu ça, je me suis mis à penser à certaines entreprises que je connais qui ont beaucoup de difficulté à mettre la switch à fun. Pourquoi? Parce que les employés sont continuellement inquiets. Et pourquoi sont-ils si anxieux? Parce qu’ils ne savent pas où leur entreprise s’en va et sont convaincus que leurs dirigeants ne le savent pas trop eux non plus. L’insécurité gomme le plaisir.

Je répète souvent que dans un contexte de turbulence permanente, les organisations ne peuvent pas se contenter uniquement d’être performantes aujourd’hui. À la vitesse à laquelle évolue leur environnement, elles n’ont pas le choix de se préoccuper de ce qui s’en vient. Autrement dit, elles doivent gérer leur futur en même temps que leur présent. Les entreprises qui durent ont appris à se connaître, à connaître leurs concurrents, à anticiper les besoins de leurs clients, à comprendre leur environnement, à prévoir les tendances, à innover. Bref, ces entreprises ont appris à réfléchir stratégiquement, régulièrement et de manière structurée. Réfléchir stratégiquement, c’est se poser des questions sur qui on est comme entreprise, comment est-on devenu ce que nous sommes maintenant, qu’est-ce qu’on veut devenir dans le futur et comment allons-nous y parvenir. Pour répondre à ces questions, l’implication de l’équipe de direction est essentielle. Mais ces questions «existentielles» ne peuvent trouver des réponses efficaces sans une méthode, un processus qui demande de la discipline et du temps…et un guide très expérimenté. La grande majorité des quelques cinquante entreprises que j’ai eu l’opportunité d’accompagner dans des sessions de réflexion stratégique on été catégoriques: c’est presqu’impossible de réussir cet exercice sans être accompagné par un professionnel.

Grâce au processus de réflexion, ces entreprises arrivent à savoir précisément ce qu’elles veulent devenir. Et c’est de cette démarche structurée qu’émerge une projet d’entreprise structurant et mobilisateur. Mais ça ne s’arrête pas là. Tout ce travail perd son sens si les dirigeants n’arrivent pas à intégrer leurs employés dans leur vision et leurs stratégies de développement. Les organisations qui y parviennent constatent que, une fois devenus acteurs du changement, les employés perdent leur sentiment d’insécurité et commencent à avoir du plaisir au travail. Le sentiment d’appartenance est alors renforcé et la mobilisation a cessé de n’être qu’un mot à la mode et est devenue une réalité au quotidien. Et savez-vous quoi? Parce que les dirigeants sont amenés à tous se mettre sur la même longueur d’onde sur les principales questions stratégiques, cette démarche constitue par ricochet un excellent exercice de consolidation pour l’équipe de direction.

Dans notre infolettre du 6 décembre prochain, je vous parlerai de la première phase d’une réflexion stratégique: l’identification de l’ADN de votre entreprise. ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE, C’EST GRATUIT:  http://grouperuelland.qc.ca

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>