La fenêtre et le miroir

Leadership inspirant | 0 commentaires | par o2web

On dit souvent qu’un bon leader est celui qui démontre une vision claire, qu’il est capable de catalyser l’énergie des gens vers la poursuite de cette vision et qu’il a le don de les mobiliser pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Alors, si vous avez ce genre de leader à la tête de votre organisation, vous avez de bonnes chances d’obtenir du succès.

Mais il est également reconnu que beaucoup de leaders de ce type possèdent un gros ego. Ils aiment être en avant, ils s’attendent à ce qu’on reconnaisse leurs succès. Ils sont souvent créatifs et ingénieux, mais  « ils prennent beaucoup de place ».

Voici le genre de commentaires que l’on entend à propos de ces chefs : « Nous avons un PDG formidable, il travaille sans relâche et c’est grâce à lui si nous connaissons autant de succès. Qu’est-ce qu’on ferait sans lui? » Voilà la vraie question. S’il partait demain matin, est-ce que l’on continuerait à connaître autant de succès? C’est le danger d’une organisation dont la performance repose sur le leader.

Il existe un autre type de leadership que l’auteur bien connu, Jim Collins, qualifie de Leader de niveau 5. A la lumière de nombreuses années de recherche et d’analyse sur la performance et l’excellence, voici comment Collins décrit ce leader : « Il édifie une excellence durable grâce à un mélange paradoxal d’humilité sur le plan personnel et de volonté sur le plan professionnel ». Ces dirigeants sont plutôt effacés, calmes, réservés, souvent timides. Si vous avez eu l’opportunité de visionner le film Lincoln, vous avez vu là ce genre de leader décrit pas Collins. Ces leaders ne manquent pas d’ego et possèdent énormément d’ambition, mais ils mettent cette dernière au service de l’organisation plutôt qu’à leur propre service.

Ils ne veulent pas être invités à donner des conférences, ils ne veulent pas être la vedette d’un reportage dans une revue d’affaires, ils ne s’attendent pas à recevoir un prix lors du gala de la Chambre de commerce. Ils veulent tout simplement assoir le succès de l’organisation sur des bases solides, durables et surtout, indépendantes éventuellement d’eux-mêmes. C’est pourquoi ils se constituent des équipes fortes, formées de gens volontaires, poussés par les mêmes idéaux, et qui disposent de toute l’autonomie et la motivation pour agir dans le sens de la vision et des objectifs de l’organisation. Ces leaders, parce qu’ils sont continuellement centrés sur le succès de l’entreprise qu’ils dirigent, laissent la place à leurs collaborateurs. Cependant, ils sont sans pitié pour ceux qui ne correspondent pas au profil et n’intègrent pas leur philosophie.

Si vous interviewez un leader de ce type sur les raisons de ses succès, il est à parier qu’il vous parlera de chance. Tout ce qu’il a réussi, il l’a fait naturellement, sans bruit, sans tempête, et il prétendra qu’il a été chanceux. C’est la caractéristique de l’humilité. Jim Collins, dans son livre De la performance à l’excellence, utilise l’image de la fenêtre et du miroir pour décrire le leader de niveau 5 : « Quand tout va bien, les grands patrons de niveau 5 regardent par la fenêtre afin d’attribuer le mérite de leur réussite à d’autres facteurs qu’eux-mêmes; s’ils ne peuvent en trouver, ils évoquent la chance. Parallèlement, ils se tournent vers le miroir pour s’attribuer la responsabilité d’un disfonctionnement sans jamais blâmer la malchance ». Trop souvent, d’autres types de leaders font exactement le contraire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>