ATTENTION AUX PARADIGMES. En management, le statu quo n’est pas une option

Entreprise stratégique | 0 commentaires | par Gérard Ruelland

On pourrait résumer le sens du mot paradigme en l’associant à une manière de penser, reconnue et acceptée par la majorité, et qui constitue une sorte de modèle. Certains diront que ce sont des préjugés hérités et profondément ancrés. Mais pourquoi parler de paradigmes aujourd’hui ? Parce qu’en matière de management d’entreprises et d’organisations diverses, il faut se méfier des modèles.

Les dirigeants d’entreprise doivent aller plus loin que le management au quotidien, et développer une vision stratégique de leur organisation. Évidemment, ils doivent d’abord gérer le présent, c’est-à-dire fournir quotidiennement au bon client le bon produit ou le bon service avec la meilleure qualité, dans les délais entendus et au meilleur coût. Mais ils doivent également gérer le futur, ce qui signifie tenter d’anticiper ce qui s’en vient et ce, dans un contexte et un environnement en perpétuelle mutation. Ce n’est pas chose facile.

C’est pourquoi on dit que le statu quo n’est pas une option. N’oubliez pas que ce n’est pas nécessairement vous qui établissez le rythme de l’évolution de votre secteur d’activité, ni la vitesse à laquelle vous devez courir. C’est votre environnement (l’apparition de nouveaux produits et services, les exigences des clients, les concurrents, etc.) qui imprime ce rythme. Cela ne veut pas dire qu’il faille aller toujours plus vite. Mais il faut constamment renouveler vos stratégies pour vous différencier et créer de la valeur en continu à vos produits et à vos services. Se fier aveuglément au modèle d’affaire que vous avez élaboré à un moment donné dans un contexte donné est dangereux.

La réticence au changement est le lot de la majorité des humains. Comme consultant depuis plus d’un quart de siècle, j’entends souvent des entrepreneurs ou des dirigeants affirmer qu’il ne peut rien leur arriver, que leurs produits sont bons, que les clients sont satisfaits. Mais est-ce qu’ils font de la vigie stratégique ? Est-ce qu’ils sont à l’affût des innovations qui pourraient rendre désuets les produits qu’ils fabriquent aujourd’hui ? Sont-ils bien au fait de l’évolution des goûts et des besoins des clients qu’ils desservent? Dans l’environnement actuel, une des phrase les plus suicidaires que j’entends encore souvent, c’est « Le passé est garant de l’avenir ». Voici quelques leçons de l’histoire qui devraient vous inciter à faire attention aux paradigmes :

« Les avions sont des jouets amusants, mais ils n’ont aucune valeur militaire. » Maréchal Foch en 1911 « Avec quelque 50 voitures en vente aux États-Unis, l’industrie automobile japonaise n’a guère de chance de se tailler une part importante du marché américain. » Business Week en 1958

« Quoiqu’il arrive, la Marine des États-Unis ne se laissera pas prendre par surprise. » Le secrétaire US de la Marine, trois jours avant l’attaque de Pearl Harbor

« Désormais, les actions devraient se maintenir à un niveau élevé. » L’économiste Irving Fisher, juste avant le crash boursier de 1929

Les décisions stratégiques fondées sur le statu quo peuvent s’avérer très coûteuses dans un environnement dynamique. Dans la turbulence, il faut éviter de piloter à vue.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>